Assurance Habitation propriétaire

assurance-habitationLorsque l’on est propriétaire, la souscription d’une assurance habitation est primordiale pour que l’on occupe celle-ci ou qu’on la mette en location.

Propriétaire occupant et copropriétaire

L’assurance habitation souscrite par le propriétaire couvre généralement sa résidence et ses biens contre le vandalisme, le feu et le vol. Toutefois, l’étendue de la couverture dépendra de la police choisie, d’où l’importance de contrôler le degré de couverture, avant de signer le contrat d’assurance. Presque toutes les polices inclue une responsabilité civile qui couvrira les frais, ainsi que les poursuites judiciaires suite à incidents qui se sont produire dans la demeure et à l’extérieur. Outre la présence de cette responsabilité civile, il faut s’assurer que tout ce qui se trouve dans la propriété soit suffisamment protégés et non uniquement les biens situés à l’intérieur de la maison. Le copropriétaire d’un immeuble devra souscrire deux types d’assurance avant de vendre sa maison , lisez cet article pour en savoir plus. D’une part une assurance habitation personnelle et une autre qui portera sur l’immeuble et les lieux communs. En principe, les copropriétaires prennent ensemble une assurance habitation commune, de sorte que le copropriétaire n’a plus qu’à choisir une couverture suffisante pour ses biens et pour ses mobiliers personnels. Ceci est capital, car le contrat collectif ignore parfois certains risques tels que ceux liés aux défauts d’entretien et d’installation, l’éclatement des canalisations à cause du gel, le vol et le vandalisme annonce l’agence immobilière dans le Var http://www.lesclesdumidi-var.com pour acheter un bien dans le sud de la France.

Propriétaire bailleur

La première assurance à souscrire est la garantie contre les loyers impayés, indique le site immobilier Les Clés du Midi. Il en existe deux types à savoir la garantie des risques locatifs ou GRL et la garantie des loyers impayés ou GLI. La GRL soutient l’accès à l’appartement en location, vu sur Aktifimmo, des ménages peu solvables. Des conditions sont toutefois à remplir pour pouvoir y adhérer : loyer mensuel inférieur à 2 000 € charges inclues pour louer un appartement ou une maison, plafond d’indemnisation à 75 000 €, taux d’effort du locataire n’excédant pas 50 % de ses ressources et absence de caution. La GRL est proposée par les assureurs qui ont conclu une convention avec l’État et la prime représente environ 2,5 % du loyer. À la différence, la GLI est présente dans toutes les offres des assureurs. Sa souscription est conditionnée par les critères classiques à savoir la solvabilité du locataire et la conformité du logement aux normes. Certaines GLI garantissent les vacances locatives, c’est-à-dire que l’assureur prend en charge le loyer lorsque le logement est inoccupé. Les deux types d’assurance sont tout à fait complémentaires si l’on souhaite une couverture optimale. Enfin, les primes d’assurance contre les loyers impayés sont déductibles des revenus locatifs. Les deux autres assurances à souscrire sont la garantie responsabilité civile contre les dommages causés au tiers et les garanties contre les sinistres sur le bien immobilier ou la demeure de prestige à voir sur Excellentissimmo. L’idéal ici serait de souscrire une assurance multirisque habitation (MRH) qui protègera le propriétaire contre l’incendie, l’explosion, les dégâts des eaux, la tempête, la grêle, la neige, le bris de glace, les catastrophes naturelles et technologiques, le vol et le vandalisme. Des garanties sur les biens mobiliers peuvent venir compléter le dispositif. Mais dans tous les cas, il faut veiller à ce que garantie responsabilité civile soit toujours incluse.

Loyer impayé, comment les éviter?